CDOS NORD 59 EXPO LE SPORT SORT DES TRANCHEES 1916

LE SPORT ENTRE DANS LA VIE DU SOLDAT EN CETTE ANNÉE 2016 - photo archive DR
  • LE SPORT ENTRE DANS LA VIE DU SOLDAT EN CETTE ANNÉE 2016 - photo archive DR
  • Exposition "Le sport sort des tranchées"
  • par M. MERKEL, J-P. GUILBERT et Fred VDB
  • 10 février 2016

1916 (DEUXIÈME PARTIE)

LE SPORT AU CŒUR DES TRANCHÉES

Nous allons, une nouvelle fois, nous plonger dans cette superbe exposition sur le sport durant la première guerre mondiale. Elle se trouve peut-être prés de chez vous ou votre enfant l’a découvert dans son collège. Nous vous proposons d’entrer dans cette exposition par l’année 1916 : année importante dans le conflit et pour la pratique du sport…

LES POILUS ADHÈRENT DE PLUS EN PLUS À LA PRATIQUE SPORTIVE

Si, de juin à septembre, on constate chez les Poilus une diminution de la pratique sportive légitimée par l’intensification des combats, la reprise va venir de deux éléments essentiels : 

L’influence des soldats britanniques pour lesquels le sport est un confort moral et physique, un renforcement de l’esprit de groupe, une préparation aux combats. Alors que pour les Français, c’est une distraction, un anti cafard, un moment d’oubli de la guerre et de ses atrocités.

Dans « Le Gafouilleur, Organe des Moulins à Café » du 15 octobre 1916 : «  Le football si en honneur chez les Tommy sévit en ce moment chez nos Poilus. Des équipes se sont formées et dans chaque section, c’est à qui rentrera le plus de buts. Tous s’y sont mis et si quelques malheureux mitrailleurs avaient eu l’infortune de n’être pas aptes à ce sport étant donné leur profession plus ou moins libérale, la bonne volonté a suppléé à leur inexpérience, et ils se mélangent avec ardeur à ceux qui sont de vieux sportsmen. »

L’influence de l’armée qui comprend et s’ouvre officiellement aux nouvelles formes de pratiques physiques en leur reconnaissant une utilité certaine.  Dans « Brise d’entonnoirs » de septembre 1916 : « Le lieutenant-colonel félicite l’équipe de football du 3e bataillon, qui a battu celle d’un régiment voisin par 3 buts à 1. »

Ces deux paramètres permettent un important accroissement de la pratique sportive. Des rencontres inter régiments et interalliés se mettent en place, un mini championnat s’élabore. On est loin, pour nos Poilus, de cette pratique informelle, spontanée et confidentielle réalisée d’une façon presque clandestine, entre deux séances rébarbatives d’exercices militaires.

 

BILAN DE L’ANNÉE 2016

Par la différence de son concept philosophique et sa vision personnelle du sport, la présence britannique va influencer et dynamiser chez les Poilus la pratique de l’activité physique.

Avec une augmentation conséquente du nombre de ses adeptes, une élévation des niveaux de pratique et une nouvelle vision de ses objectifs, le sport renforce ses bases sur le front.

 

LES PERTES HUMAINES

1916 va coûter la vie à 303 000 Poilus.

 

LE SPORT AU COEUR DES TRANCHÉES

PARTENAIRE OFFICIEL

just mutuelle

 

PARTENAIRES

 

nord le departement

 

cdos nord

 

LE NORD

le nord sport magazine novembre 2017