CDOS NORD ASSEMBLEE GENERALE 2020

Seconde partie du discours de Jean Cosléou, président du CDOS du Nord sur la pratique en club
  • Seconde partie du discours de Jean Cosléou, président du CDOS du Nord sur la pratique en club
  • par Fred VDB
  • sources CDOS du Nord
  • 10 février 2020

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2020

LE DEVELOPPEMENT DE LA PRATIQUE SPORTIVE

Le CDOS du Nord a organisé le vendredi 31 janvier 2020 sa traditionnelle assemblée générale en présence de nombreux comités départementaux et d’élus. Jean Cosléou, son Président, a abordé après une première partie sur Paris 2024 et toutes les actions mises en place pour ce grand rendez-vous olympique, le développement de la pratique sportive, au sein des clubs avec les comités départementaux.

« La santé est un enjeu de santé publique. Le sport doit participer, doit être acteur et proposer des solutions. Ces solutions, le mouvement sportif les a, au sein des clubs. La santé est un axe fort pour leur développement, leur diversification, la possibilité d’accueillir de nouveaux publics, les personnes en longue maladie par exemple avec les sport sur ordonnance, qui s’organise dans le Région sur un modèle proche de celui créé par le Nord, mais aussi par la Picardie. Nous en sommes convaincus au CDOS, la santé est un vrai sujet gagnant-gagnant. 

On sait bien que beaucoup, principalement les femmes et les seniors, font du sport d’entretien, pour la recherche de bien-être et pour leur santé, et pensent qu’il n’est pas indispensable d’intégrer un club pour cela. Et bien nous voulons inciter ces pratiquants à venir dans les clubs, et inciter les clubs à s’organiser pour accueillir ces pratiquants. C’est le but de ces labels « Santé en Nord » de donner de la visibilité aux associations désireuses de développer le sport santé bien-être.

A Douai fin novembre nous avons labellisé 9 associations nordistes. Je vous engage à encourager vos clubs à entrer dans cette démarche simple, qui met en valeur des actions souvent déjà existantes. Le handicap est aussi un enjeu fort pour notre société. Nous sommes impliqués dans plusieurs dispositifs de promotion et d’accompagnement des associations sportives.

Nous avons été partenaires d’une belle soirée il y a 10 jours consacrée à la performance dans le domaine du handicap, avec les contributions de Jean Minier, chef de la délégation paralympique au Jeux de Tokyo l’été prochain et de Bernard Andrieu, philosophe et professeur à l’université de Paris. C’est par ce type d’événement aussi que l’on peut faire connaître au grand public le parasport et l’y sensibiliser.

Bruno Pieckowiac, Président du CDOS du Pas-de-Calais et moi-même avons été invités par la Député du Nord Béatrice Descamps à une audition dans le cadre d'un groupe d’études qu'elle copréside au sein de l’Assemblée nationale, consacré au handicap et à l’inclusion. Cette invitation intervient à la suite d’une longue discussion tous les trois à Natur’Sport en septembre dernier, je reviendrai sur Natur’Sport dans quelques instants. 

Depuis le début de la législature, des cycles d’auditions par thème sont organisés afin de pouvoir discuter, échanger et faire évoluer une réflexion à l’échelle législative autour de ces sujets. Après un cycle sur « travail et handicap », le groupe s'attelle en janvier à une nouvelle réflexion sur le handicap, le sport et la culture. L’audition était prévue ce mercredi, mais en raison du mouvement social sur les retraites, il a été remis à une date ultérieure. Je crois que cela donne et donnera une visibilité certaine à ce que font le mouvement olympique et sportif et tous les comités qui se sont impliqués dans ce dossier du handicap.

Dans l’axe « Education et citoyenneté », il y a un volet qui nous semble essentiel, qui apporte une plus-value au club, c’est le bien vivre ensemble. Il y a toutes les valeurs de cohésion sociale, de convivialité, … dont nous faisons la promotion, à juste titre. Et nous ne devons jamais cesser. Mais, il faut aussi tenir compte d’une certaine réalité, et la prévenir : le risque de radicalisation est réel, les signaux sont plus ou moins forts, ou faibles : séances dédiées exclusivement aux femmes, clubs où la féminisation disparaît, jeunes qui changent de comportement en peu de temps. 

La radicalisation : c’est un sujet ô combien délicat, qui induit différentes représentations, plus ou moins exactes, avec des pertes de repères. Y travailler, y réfléchir est important, il faut en prendre conscience et acquérir des outils utiles pour détecter et prévenir. Avec la préfecture et la DDCS, le CDOS a mis en place des formations à cette fin. 4 ont déjà eu lieu et 2 autres sont prévues à Valenciennes et à Dunkerque. 

Il faut vraiment que le mouvement sportif que nous représentons tous se sente impliqué, qu’il incite les clubs à se former, à s’informer. Vous avez, nous avons, en tant que structures déconcentrées de fédérations délégataires, l’obligation de neutralité, et obligation d’œuvrer à ce que la laïcité soit de mise chez nous, et nous devons tout faire pour qu’il en soit ainsi dans les clubs affiliés. 

Je vous assure qu’il ne s’agit pas d’entrer dans un processus de délation, mais d’apprendre à comprendre et repérer les indices et les reporter en toute discrétion auprès de personnes compétentes qui sauront dire si la situation mérite d’être approfondie. Un certain nombre de jeunes sont ainsi sortis d’un processus néfaste.

Un autre aspect de cet axe du PST consacré à l’éducation et la citoyenneté est d’allier le sport et la nature, de travailler à une harmonisation des pratiques raisonnées. Une nouvelle fois Natur’Sport a été un succès. Comme depuis plusieurs éditions, il porte la dimension sport, nature et santé, et a reçu les labels du CNOSF « Développement durable le sport s’engage » et « Sentez vous sport ». Merci à la ville de Condé sur l’Escaut d’avoir accueilli cet événement à la base de Chabeau-Latour, événement qui a eu une portée nationale après avoir été reconnu par le CNOSF comme un des 10 sites phares de la semaine Sentez vous Sport. Les initiations que vous avez proposées à des milliers de visiteurs leur ont fait découvrir vos disciplines, et les inciter à rejoindre vos clubs…

…L’accompagnement des bénévoles, on dit maintenant l’aide à la professionnalisation des bénévoles, est un volet important de notre action. Nous nous sommes sentis confortés à nous y investir à l’occasion du Grand débat que nous avons organisé suite à la volonté exprimée ici même lors de la précédente assemblée générale. Ce grand débat a lieu le 9 mars à Marcq-en-Barœul, et je remercie vraiment Didier Ellart et Monsieur le Maire Bernard Gérard pour l’avoir accueilli, et pour leurs présences et leurs interventions, ce sont de vrais soutiens.

Les bénévoles présents à Marcq - mais pas qu’eux, c’est vrai pour tous les bénévoles - ont exprimé un sentiment « d’abandon », ils « s’épuisent » face à la lourdeur administrative et réglementaire.  Il ne faut pas oublier que les bénévoles sont des personnes de terrain avant tout. Elles ressentent ce besoin de soutien, d’assistance, de conseils. C’est tout le sens de ce propose le CDOS, avec en premier lieu un plan de formation des bénévoles fourni, avec une vingtaine de thèmes. Cette année il marche particulièrement bien, avec des stages très bien fréquentés.

Le Centre de Ressources et d’Information pour les Bénévoles, le CRIB, a pris de l’ampleur, en accompagnant plus de 360 associations et en prenant le rôle de conseiller emploi. Le grand débat proposait la création d’une structure ressource pour homogénéiser les moyens et les aides en proposant un accompagnement en termes de communication, de recherches financières et d’aides administratives.

Cette structure existe, c’est le CRIB. On pourrait étoffer son expertise en réunissant plusieurs acteurs, bénévoles, élus, juristes, on pourrait travailler davantage avec les OMS, j’en profite pour me réjouir de l’arrivée d’une représentation départementale de la fédération des OMS. Bienvenue à vous. Faites nous savoir si une telle évolution du CRIB vous serait utile.

Le sport est ouvert à des thématiques très variées et c'est une opportunité d'aller à la rencontre du monde de l'entreprise, au-delà du soutien financier ou de la prestation. Nous sommes en relation avec EuraMaterials, association qui fédère les industries de transformation des matériaux (textiles, papiers-cartons, plastiques, verres, composites, céramiques, bois, métaux ...). Notre partenariat, qui va être conventionné dans quelques semaines, consiste à établir des relations, des échanges, des projets entre le mouvement sportif et les entreprises du secteur. 

Cela s'est déjà traduit par la réalisation d'un questionnaire à destination de l'ensemble des comités départementaux, clubs et licenciés afin de connaître leurs attentes et besoins dans l'optique d'améliorer leurs pratiques sportives. A partir de plus de 100 contributions collectées et analysées, le CDOS travaille avec EuraMaterials pour définir quelques axes pouvant intéresser nos adhérents respectifs. Vous serez bien entendu invités à vous exprimer sur ces axes.

De même nous avons convenu de mettre en œuvre un dispositif d’accompagnement (ingénierie, animation) des projets de création d’entreprises innovantes liant les domaines du sport et des matériaux, dispositif d’incubation dédié au sport au sein de EuraMaterials Incubation.

Cette démarche s’inscrit dans le développement d'un réseau d'incubateurs dans le champ du sport à l’échelle de la Région, c'est-à-dire des structures d'accompagnement de projets de création d'entreprise. Ce réseau est porté principalement par le CROS, avec les CDOS en support.

Je souhaite enfin, et ce sont les discours que je porte en permanence, que ces liens avec les entreprises viennent en soutien aux sportifs de haut niveau pour qu’ils restent dans notre département et surtout en soutien aux clubs formateurs. Je pense qu’on peut aider nos jeunes non seulement en terme d’image, mais aussi de double projet (compétition et emploi), voire triple si on ajoute formation en alternance. 

Dans le même registre, nous avons un excellent contact aussi avec HelloLille.Sport, qui est une association créée il y a un an par la Métropole européenne de Lille, pour que la MEL et même la Région, devienne avec ses acteurs socio-économiques, universitaires et naturellement sportifs, le laboratoire de recherche et développement des fédérations internationales. Notre rôle est de faire le lien entre avec le tissu sportif local. Je suis sûr qu’on va beaucoup s’apporter mutuellement…

…Nous sommes présents dans plusieurs conseils de développement. Nous sommes intervenus à plusieurs reprises dans des comités de pilotage, le dernier en date concerne un Diagnostic Territorial Approfondi sur l'emploi et la formation dans le bassin minier dans le champs des sports de nature.

Je veux souligner la sollicitation du CDOS par Monsieur le Sous Préfet d'Avesnes sur Helpe afin d'inclure le sport dans le projet de territoire de l'Avesnois (signé par le Président de la République en novembre 2018). Un rapprochement avec les collectivités locales de l'arrondissement a été effectué sur la base d'un recensement des pratiques sportives mené par le CDOS. Il nous faut aller plus loin maintenant. Et je profite de la présence de Philippe pour lancer l’idée de travailler en commun sur ce sujet car le territoire concerné n’est pas que l’Avesnois, la Thiérache est aussi concernée par le même contrat de territoire, possède les mêmes caractéristiques et les enjeux sont absolument identiques.

Et puis, chaque année, nous prenons le temps d’une matinée pour réfléchir à une problématique qui  concerne les collectivités locales et le monde sportif, l’idée étant de coconstruire une politique cohérente et partagée autour du sport et des clubs. Les messages seront aussi à destination de la Conférence Régionale du Sport par exemple.

A Douai le 30 novembre 2019, la problématique était autour des pratiques libres. Grâce à une belle collaboration avec l’association des maires du Nord, et surtout avec l’ANDES, je pense à Didier Ellart et Michael Dozière que je remercie, nous avons eu des intervenants de grande qualité pour évoquer, comme je l’ai dit au début de mon intervention, le lien entre le pratiquant et le club. 

Quand on parle de pratique libre, on fait essentiellement référence aux sports de nature, une pratique qui échappe complètement au sport fédéré, au sport en club en général :  3 % des pratiquants sont licenciés. Mais il ne faut pas s’arrêter à cela. C’est plus global que cela. Ce qu’il faut, c’est que le club soit acteur, qu’il pilote les activités libres en mettant à disposition des cadres, qu’il se montre auprès des pratiquants. Il ne faut pas entrer dans une opposition frontale et stérile. Il faut proposer des activités qui permettent de répondre aux envies de la population, je dis envies et non pas besoins, car de plus en plus veulent faire du sport plaisir, du sport découverte, du sport initiation. 

Des outils vont être développés tout au long de l’année par le CNOSF, nous aurons l’occasion de communiquer dessus quand ils seront disponibles, vous avez le visuel dans vos dossiers. Je pense à l’annuaire du sport où les personnes intéressées trouveront des informations sur toutes les offres de pratiques sur leur territoire, via une application « Mon club près de chez moi », à la carte passerelle permettant aux jeunes écoliers - licenciés USEP ou UGSEL mais c’est à confirmer - de tester plusieurs disciplines sportives, c’est un moyen de les amener vers le club. Soyez réactifs, abusez de ces dispositifs qui viennent compléter ce que vous faîtes chacun… « le Sport,c’est notre passion en Nord ! », avec comme maîtres-mots : universalité, transversalité, solidarité, bref : Olympisme ! »

AG CDOS DU NORD

 

 

PARTENAIRE