MEDICAL COLLOQUE SPORT SUR ORDONNANCE

Colloque sport sur ordonnance à Lompret - photo Fred Vdb
  • Colloque sport sur ordonnance à Lompret - photo Fred Vdb
  • par Fred VDB
  • texte et photos
  • 16 octobre 2017

COLLOQUE "SPORT SUR ORDONNANCE"

LE CDOS NORD S'IMPLIQUE

Le sport sur ordonnance est aujourd’hui un enjeu majeur pour la santé. Cette semaine a eu lieu un important colloque sur cette thématique à Strasbourg en présence du Ministre des sports, Laura Flessel : les deuxièmes Assises européennes du sport-santé sur ordonnance. Le CDOS Nord a organisé ce samedi sa première rencontre sur cette thématique. Une demi-journée riche en échanges pour un sujet qui sera un enjeu majeur dans le traitement des affections de longue durée… 

Un décret sur sport sur ordonnance a été promulgué le 30 décembre 2016 dans le cadre de la loi de santé. Que dit-il ? A partir du 1er mars 2017, les médecins pourront prescrire de l’activité sportive à leurs patients ayant une affection de longue durée. Ce sont 10 à 11 millions de Français souffrant de l’une des trente maladies concernées : diabète, maladie de Parkinson, cancer… C’est une grande avancée dans un pays des pays où l’on consomme le plus de médicament en Europe.

LA DÉCLA DE LAURA FLESSEL À STRASBOURG

« Je suis convaincue que le sport contribue à la santé de nos concitoyens, car faire du sport, c’est prendre soin de son corps, c’est se soucier de son bien être ».

 COLLOQUE SPORT SUR ORDONNANCE

LE COLLOQUE

Dans son introduction au colloque du CDOS Nord, le professeur Xavier BIGARD, ancien Président de la Société Française de Médecine de l’Exercice et du Sport, présente ce sport sur ordonnance. « C’est un intérêt majeur pour la pratique du sport pour la santé. On sent que cela bouge chez les décideurs et dans la population. 59 villes l’ont développé. » Il regrette simplement qu’il n’y a pas à ce jour de remboursement par la Sécurité Sociale. Il rappelle que le praticien ne remplit pas une ordonnance mai une formulaire spécifique. Il doit évaluer l’état de santé du patient et l’oriente vers les acteurs identifiés par le décret : éducateurs sportifs, kinésithérapeutes, psychométriciens ou ergothérapeutes…

ATTENTES ET PROBLÉMATIQUES DES MÉDECINS


COLLOQUE SPORT SUR ORDONNANCE 
Jean-Luc TÉNÉDOS, médecin, président de la Ligue des Flandres de Tennis : « Trois villes dans le Nord ont développé le sport sur ordonnance parmi lesquelles Douai… C’est le médecin de famille qui est concerné. L’aspect positif est que ce décret est intégré à la loi. Mais, pour le praticien, ce n’est pas toujours évident à cause d’un manque de temps et de formation… Un des principaux freins pour le patient est la non prise en charge de la prescription. »

ATTENTES ET PROBLÈMATIQUES DU MOUVEMENT SPORTIF 

Christian ROGEAUX, médecin fédéral de la Fédération Française de Pêche : « Les attentes du mouvement sportif sont importantes. Nous devons remplir notre mission de santé publique. Nous devons compter sur les professionnels de santé, sur les organismes de formation, sur les institutions publiques et privés (pour le financement). » 

Lucas ABDELLAH, maître d’armes en escrime : « La Fédération Française d’Escrime mène une campagne autour de la santé avec des formations parmi lesquelles l’escrime sur ordonnance. Cette formation a eu lieu à Roanne l’été dernier. L’objectif était de sensibiliser sur les différentes affections de longue durée, les pathologies chroniques, les personnes pouvant être prises en charge… Un Label Escrime Santé a aussi été créé. Pour avoir celui-ci, il faut avoir des objectifs sport –santé dans le projet club, un enseignent ayant suivi la formation.

MODÈLE ÉCONOMIQUE

COLLOQUE SPORT SUR ORDONNANCE

Didier ELLART, Adjoint au Maire de Marcq-en-Baroeul en charge des sports, Vice-Président de l’Association Nationale des Elus en charge du Sport (ANDES) : «  Les collectivités travaillent depuis longtemps sur cette problématique. Souvenons-nous que le parcours du cœur a été initié dans notre région. Nous souhaitons au niveau du sport qu’il devienne une grande cause nationale… Dans le nord, nous essayons d’avoir un défibrillateur pour 1000 personnes… Aujourd’hui, l’Etat se désengage de plus en plus. 26% des communes ont baissé leurs aides aux associations sportives. Le sport doit demeurer un enjeu majeur. J’ai rappelé à Laura Flessel l’importance du sport sur ordonnance, le sport santé pour les différentes parties de la population. »

Gérard VANESTLANDE, Mutuelle Just : « Nous sommes depuis longtemps sensibiliser à cette thématique. En tant que mutuelle, nous souhaitons avoir un rôle moteur. La mutuelle Just s'engage dans la prévention par le sport. Pour les personnes désireuses de préserver leur capital santé, la mutuelle rembourse les séances collectives et les bilans de santé dans son centre Just Moove et dans les structures labellisées "sport santé". Un accord a été mis en place avec le CDOS Nord. Ce projet a pris la forme du centre de mouvement (au rez-de-chaussée de l’ex-clinique Oudar à Valenciennes). Cette structure sera opérationnelle en janvier 2018… Nous avons déjà un panel de propositions pour le sport santé pour les associations sportives… »

Jean COSLÉOU, le Président du CDOS Nord, donne rendez-vous dans une année à chacun des participants pour un premier bilan de cette thématique. Prochaine étape pour lui, Laurence DE JAEGHERE, présidente de la commission sport et santé, rencontrait les clubs et éducateurs sportifs pour leur présenter le sujet.

 

PARTENAIRE OFFICIEL

just mutuelle

 

PARTENAIRES

 

nord le departement

 

cdos nord

 

LE NORD

le nord sport magazine novembre 2017