OLYMPISME JEUX EN NORD-PAS-DE-CALAIS FABIEN GILOT

Une nouvelle médaille pour Fabien Gilot et l'équipe de France du 4X100 nage libre - photo DR FFN.FR
  • Une nouvelle médaille pour Fabien Gilot et l'équipe de France du 4X100 nage libre - photo DR FFN.FR
  • par Jean-Pierre GUILBERT et Fred VDB
  • extrait de son ouvrage " Jeux en Nord-Pas-de-Calais "
  • photos : DR FFN.FR
  • 8 août 2016
  • Édition Les Lumières de Lille

JEUX EN NORD PAS-DE-CALAIS

ET UNE MÉDAILLE DE PLUS POUR FABIEN ! 

Les Jeux de Rio ont débuté. Continuons pour la dernière fois à remonter le temps de l’histoire des athlètes régionaux dans l’Olympisme avec Jean-Pierre Guilbert. Il s’est intéressé dans son ouvrage Jeux en Nord-Pas-de-Calais" à Fabien Gilot. Le Denaisien assure la transition entre l'histoire et l'actualité : puisqu'il a remporté avec Jérémy Stravius, Florent Manaudou et Medhy Metella une nouvelle médaille d'argent en 4x100 m nage libre ce dimanche 7 août 2016.

Tout commença aux Jeux olympiques à Pékin. "En 2008, il prend la médaille d’argent du 4x100m avec Amaury Leveaux, Fred Bousquet et Alain Bernard en 3’08’’32. Les Français sont battus de 8 centièmes de seconde par les Américains. Aux championnats d’Europe 2010, à Budapest, il se distingue en remportant le 4x100m quatre nages, en prenant la seconde place du relais 4x100m et le bronze du 50m nage libre. En 2011, à Shanghaï, aux championnats du monde, il s’adjuge deux nouvelles médailles d’argent : une au relais 4x100m derrière les Australiens, associé à William Meynard, Jérémy Stravius et Alain Bernard, et l’autre au 4x200m derrière les Américains, avec Yannick Agnel, Grégory Mallet et Jérémy Stravius. Après sa brillante qualification lors des championnats de France, à Dunkerque, en mars 2012, les Jeux de Londres sont la prochaine étape d'un parcours brillant qu’il souhaite coloré en or. Dans la capitale anglaise, il est inscrit dans le relais 4x100m et le 100m nage libre.

La première épreuve au programme est le relais dont la composition est incertaine. Ils sont huit copains pour quatre places, huit nageurs qui sont restés soudés contre vents et marées. Christian Donzé, le directeur national, composera l’équipe avec l’avis du groupe. En définitive, le choix se porte sur Amaury Leveaux, Clément Lefer, Yannick Agnel et Fabien. Alain Bernard et Jérémy Stravius nageront les séries. Les Français passent les qualifications sans difficultés dans un temps qui leur permet de se situer au départ de la finale, au couloir 6. Le jour J, dans l’Aquatics Center, quatre Bleus au bonnet blanc se concentrent dans une ambiance électrique où Américains, Russes et Australiens, les autres favoris, piétinent en attendant le départ. Il est passé si prés du bonheur en 2008 qu’il ne veut pas revivre cela.

Lorsque le signal lâche les fauves, l’eau du bassin bouillonne et semble prendre feu. Les flammes ne s’éteindront que lorsque La Marseillaise aura résonné dans le coeur des relayeurs, de la natation française et de toute la nation. Nos quatre mousquetaires marchent sur l’eau, balayant tout sur leur passage : Michael Phelps et les Américains, Magnussen et les Australiens. Ce sont des géants pendant cette course, marquant leur territoire comme de véritables guerriers. Troisièmes après le premier relais, ils laissent les Américains à distance respectable jusqu’au moment où Yannick Agnel prend le dernier relais avec une longueur de retard sur Ryan Lochte. Il réalise un morceau de bravoure, un 100m de feu. Centimètre par centimètre, il grignote son retard. Yannick passe une main puis un bras devant, fait trembler ses potes. Sur le bord du bassin, Fabien, les bras en l'air, les lunettes remontées sur le bonnet ; Clément, les bras formant le signe de la victoire et Amaury, un poing levé, les trois équipiers exultent, communient et crient leurs encouragements. Quand Yannick touche, c’est du délire, ils sont au firmament. En 3’09’’93, l’équipe de France gagne, laisse les Américains à 45 centièmes et les Russes, troisièmes à 1’’48.

À Denain, les parents de Fabien sont submergés par l’émotion. « C’est vingt ans de natation récompensés, je suis si heureux ce soir », déclare Michel, son père. À 28 ans, son fils, le pilier du relais, montre l’exemple sur le podium, la main sur le coeur en chantant l’hymne national, la mèche dégagée et le bonheur dans les yeux. La nuit venue, la médaille fêtée, il se concentre déjà pour le 100m nage libre. Dans cette épreuve, deux jours plus tard, il se qualifie pour les demi-finales mais avec un temps de 48’’49 échoue aux portes de la finale, ne réalisant que le dixième temps. Le rêve réalisé, Fabien peut maintenant penser aux échéances à venir, mais la petite histoire retiendra qu’il est de ceux qui ont offert à la France la première médaille d’or de la natation en relais. Insatiable, il est à nouveau champion d’Europe en mai 2016 à Londres."

Aux Jeux de Rio, il obtient le 7 août une médaille d'argent en 4x100 m nage libre derrière des Américains intouchables emmenés par Phelps. Grâce à cette médaille, le compteur de la France s'est débloqué. Et Fabien rajoute une nouvelle médaille à son fabuleux palmarès.

FABIEN GILOT - DR FFN.FR

LA DÉCLA DE FABIEN GILOT 

Il y a quatre ans, j’avais nagé au même poste face à Phelps. Je pense qu’encore une fois on a abordé la finale avec la bonne philosophie et la bonne stratégie. Aujourd’hui, les Américains ont juste été plus forts. Ça reste une médaille d’argent olympique. "

 

PARTENAIRE OFFICIEL

just mutuelle

 

PARTENAIRES

 

nord le departement

 

cdos nord