EN AVANT GUINGAMP vs VAFC VALENCIENNES LIGUE 1 J35 2013 2014 AVANT-MATCH

 EN AVANT GUINGAMP vs VAFC VALENCIENNES Ligue 1 2013-2014 35e journée
samedi 26 avril 2014 – 20h

  •  EN AVANT GUINGAMP vs VAFC VALENCIENNES Ligue 1 2013-2014 35e journée
samedi 26 avril 2014 – 20h

  • par Fred VDB / source va-fc.com
  • 25 avril 2014

EN AVANT GUINGAMP  vs VAFC VALENCIENNES 

LE CLAP DE FIN POUR LA LIGUE 1 ? 

Pour la rencontre de samedi entre Guingamp et le VAFC (35ème journée de Ligue 1), l'arbitre sera Ruddy Buquet. Ses assesseurs seront Djemel Zitouni et Guillaume Debart. A noter que Monsieur Buquet a déjà arbitré VA trois fois cette saison, lors des réceptions du PSG (défaite 0-1, 7ème journée de Ligue 1) et de Nice (victoire 2-1, 24ème journée), et pour le déplacement à Nantes (défaite 2-1, 16ème journée de Ligue 1). Alors, espérons une nouvelle victoire de VA, sinon cela sera le clap de fin pour la Ligue 1.

 

POINT DE VU D'ARIEL JACOBS

Dans une interview accordé à va-fc.com, le site du club, l'entraîneur belge revient sur la déroute (6-2) face à Nantes.

VA peut-il avoir des regrets après cette défaite ?

Vous rejouez le match et vous en arrivez très vite à des tas de contradictions. 2-6 : les chiffres ne peuvent pas mentir, c'est clair et net. Et puis vous regardez la possession de balle. Très rarement cette saison, nous avons eu un avantage à ce niveau-là. Nantes a sept tirs cadrés et marque six buts, nous en avons une petite quinzaine et à peine deux buts : il y a un manque évident de concrétisation. A un moment où je nous trouvais mentalement bien dans le match, nous encaissons le premier but. Cela ne peut jamais donner lieu à une forme de résignation. Mais il est un fait qu'encaisser deux buts supplémentaires en dix minutes en première mi-temps... Vous savez que cela devient très difficile. L'idée, à la mi-temps, était de remonter le moral pour dire que si nous marquions très vite, Nantes pouvait douter. Et ça, j'en étais persuadé. Nous avons eu les deux occasions pour le faire. Mais j'ai eu l'impression que, dès que le ballon était dans nos seize mètres, il allait au fond des filets... A 2-4, on se dit que tout compte fait, le match n'est peut-être pas fini. A chaque fois que l'on se relève, on est rabattu en recevant une nouvelle claque. C'est ce qui fait les dégâts en fin de match. Je crois que nous n'avons jamais eu autant d'occasions lors d'un match...

Le groupe y croit-il toujours ?

Je ne crois pas qu'il y ait de la mauvaise volonté de la part des joueurs. Très souvent dans le passé, lorsque l'on a fait la différence ou concurrencé des équipes plus fortes que nous, la ressource primaire que l'on a étalée était le mental. Mais il est un fait que le groupe était préparé. Si votre groupe est pris par le stress ou est indifférent, vous en commencez pas le match comme il l'a fait. Mais tout d'un coup, un fait de jeu est responsable du tapis rouge que vous déroulez à Nantes.

A aucun moment, les joueurs n'ont vu que je n'y croyais plus, que ce soit dans le passé ou le présent. En tant que coach, vous devez à tout moment faire passer le message qu'aussi longtemps que mathématiquement rien n'est prouvé, tout reste possible. Plus on avance, plus il faut s'attendre à un miracle, mais ils existent. Je n'attends pas ce miracle, il faut aussi le forcer. Quand on avait dit il y a quelques semaines qu'il nous faudrait trois ou quatre victoires, on savait que ça allait être très difficile. Mais c'est une réalité : il faut gagner.

Les supporters ont vivement réagi après la défaite...

C'est compréhensible, cela fait partie du monde du foot en 2014. Personnellement, je ne peux pas extérioriser ma déception, car il y a toujours un match le week-end suivant, mais au fond de moi, il y avait de l'impuissance, de la frustration.

En tant qu'être humain, cela vous touche à tous niveaux. Le premier est que le public se retourne contre sa propre équipe. Les supporters sont déçus. Dans la vie et dans le foot, il y va de ne pas accepter la défaite et la façon dont vous concédez celle-ci. Il y a cette prise de conscience que le public marque sa déception, sa frustration. Deuxièmement, cela montre aussi d'une implication du public. S'il était indifférent après la défaite 2-6, cela dénoterait une résignation.



EN AVANT GUINGAMP vs VAFC VALENCIENNES
Ligue 1 2013-2014 35e journée

Samedi 26 AVRIL 2014 – 20h

Stade du Roudourou
Guingamp