RENCONTRE AVEC RENÉ GIRARD ENTRAINEUR DU LOSC LILLE

René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • René Girard entraineur LOSC Lille - photo Laurent Sanson 2013
  • entretien réalisé par Laurent SANSON
  • photos L.SANSON
  • 27 décembre 2013

RENÉ GIRARD - ENTRAÎNEUR DU LOSC LILLE

RENCONTRE AVEC LE DOGUE DU SUD

 


Arrivé au LOSC en juin dernier avec le rôle délicat de prendre la succession de Rudy Garcia, René Girard a rapidement trouvé ses marques dans le Nord en gagnant la confiance de son groupe et de l'ensemble du personnel du club nordiste. Personnage attachant, toujours souriant, passionné et a posé sa griffe et les résultats parlent pour lui puisque le LOSC affiche clairement un rôle d’outsider derrière le PSG et Monaco en pointant à la 3ème place de la Ligue 1 au terme des matchs aller. Nous l’avons rencontré afin de découvrir de plus près l’homme avant l’entraineur.

 

rencontre rene girard entraineur losc lille decembre 2013nordsports-mag : René, 5 mois après ton arrivée au LOSC, comment vis-tu cette nouvelle aventure dans le Nord à titre personnel ?

René Girard : Plus que bien. L’accueil fut excellent même s’il y a eu quelques petits soucis avec certains supporters lors de mon arrivée. Tout est rentré dans l’ordre rapidement en discutant mais surtout j’ai découvert des gens accueillants, accessibles et qui aiment le football, mais qui le vivent autrement que dans le Sud, c’est plus réservé. Je ne connaissais la région que par les stades et les hôtels lors de mes passages en tant que joueur et entraîneur et depuis ma signature ici j’ai découvert une région hyper chaleureuse et en plus il a fait beau tout l’été et j’étais donc bien loin de l’image que l’on donne du Nord. Le contexte était parfait pour mon intégration et lorsque l’on arrive dans un endroit comme Luchin il est difficile de faire la fine-bouche car on y trouve tout ce qu’il faut pour faire du bon travail.

NS : En dehors du foot, as-tu eu le temps de découvrir Lille et sa région ?

RG : Lors de mon arrivée j’ai vécu à l’hôtel en centre-ville et du coup j’ai découvert Lille que je ne connaissais pas et j’ai profité de cette période pour également me rendre en Belgique à Bruxelles, Bruges ou encore à Knokke-le-Zoute. Venant du Sud, c’est effectivement le grand écart pour moi et mon épouse, mais il était important de mieux connaitre la région pour bien comprendre aussi son fonctionnement et la mentalité des gens. Franchement, c’est une véritable révélation et lorsque mon fils Nicolas (qui est également son adjoint au LOSC) jouait à Beauvais, il m’arrivait de venir au dessus de Paris mais ce n’est pas pareil qu’ici dans le Nord et je ne regrette en rien mon choix de rejoindre le LOSC, tant pour le club que je considère comme l’un des plus grands de l’hexagone, que pour la vie dans le Nord.

NS : Tu es plutôt ville ou campagne ?

RG : Je viens d’un village dans le Gard aux portes de la Camargue, donc je suis campagne. A Bordeaux, j’habitais en dehors de la ville non loin du Haillan, le centre d’entraînement des Girondins. En arrivant au LOSC, avec mon épouse nous nous sommes dit pourquoi pas la ville puisque nous ne sommes plus que tous les deux, les enfants sont grands et vivent leur vie. Mais l’amour du «village» l’a emporté et nous avons une maison non loin de Luchin. Le bonheur total dans un super coin qui pour la petite histoire est entouré de Valenciennois.

rencontre rene girard entraineur losc lille decembre 2013NS : Et le foot dans tout ça ?

RG : Tout se passe merveilleusement bien. Je vis ce nouveau projet avec le LOSC à fond dans un club sain qui me donne un super outil et des moyens. J’ai tout pour être heureux ici et je le suis, d’autant que les résultats sont au rendez-vous. Je me suis adapté au club, à son fonctionnement et surtout à ses valeurs et son histoire, tout en apportant ma petite touche car chaque coach possède sa vision du foot et du jeu. J’ai pour principe de dire que je ne vais pas changer le monde, mais j’ai un contrat, des objectifs et comme je suis un professionnel il est important que mon groupe adhère au projet sportif j’ai instauré avec le soutien de mon staff.

NS : Le 19 octobre dernier avait une saveur particulière pour toi ?

RG : Oh que oui car c’était mon retour à La Mosson et c’était également le jour de ma fête. Avec la victoire du LOSC en bonus, j’ai ainsi vraiment tourné la page de cette belle aventure que j’ai vécu avec Montpellier durant 4 ans et dont le point d’orgue fut le titre de Champion en 2012. Le foot va vite et désormais je suis dans le camp de Lille et même s’il y avait de l’émotion pour moi lors de ce match, j’étais bien l’entraîneur du LOSC assis sur le banc du club visiteur de La Mosson.

NS : Comment vois-tu la suite de la saison après cette première superbe première partie de saison en du tableau de la Ligue 1 ?

RG : J’ai une belle équipe avec des gars talentueux qui se donnent vraiment. Le football est un sport «ingrat» car le public juge les joueurs et une équipe sur 90 minutes le week-end, alors que la semaine nous bossons comme des fous. L’alchimie est bonne entre les «anciens» qui sont les cadres du groupe, et les jeunes bourrés de talent. En plus, le cas Thauvin durant l’été a soudé le groupe, comme quoi de quelque chose de négatif on en tire toujours du positif. Nos résultats parlent pour nous et être dans le top 3 depuis quelques semaines en taquinant le PSG et Monaco me plait et je pense que mes garçons prennent aussi du plaisir dans cette situation qui fait de nous un véritable outsider. J’ai dit lors de mon arrivée en juin que ce groupe avait du potentiel et pour le moment les garçons le confirment sur le terrain. Le LOSC est dans une superbe dynamique, solide en défense et réaliste devant et si certains comparent le parcours du LOSC avec celui de Montpellier il y a deux ans, alors je signe des deux mains, mais bon en deux ans le PSG est passé à la vitesse supérieure et Monaco est de retour en Ligue 1 avec des moyens et des ambitions, mais le foot reste le foot avec parfois quelques incertitudes. Gardons la tête sur les épaules en faisant notre boulot avec passion et avec le sourire tous les jours. On reparlera du classement en fin de saison.

rencontre rene girard entraineur losc lille decembre 2013NS : Si je te cite l’expression «Au diable Vauvert», ceci représente quoi pour toi ?

RG : Je me suis renseigné mais l’expression ne vient pas de mon village de Vauvert, mais elle me ressemble car elle a du caractère, du tempérament. À une époque lorsque j’étais joueur certains disaient que j’étais le «diable», de Vauvert bien évidemment.

NS : René si tu étais un animal en dehors du Dogue Lillois ?

RG : le cheval camarguais pour son élégance et le taureau de Camargue pour sa combativité, ce dernier colle bien à mon caractère.

NS : Un personnage célèbre ?

RG : Le professeur Cabrol qui a réalisé la première transplantation cardiaque en France, un homme dédié aux services des autres, de la vie. J’étais encore joueur et j’ai participé à un colloque en tant que sportif de haut niveau et j’ai mesuré qui si le football apportait du bonheur aux gens, un Monsieur comme le Professeur Cabrol sauvait des vies et du coup on se sent tout petit et on garde les pieds sur terre.

NS : Un joueur de foot ?

RG : Sans hésitation, le néerlandais Johan Neeskens qui a symbolisé le football moderne de l’Ajax mais aussi du Barca dans les années 70. Un grand joueur et un gars vraiment très bien.

NS : un vin ?

RG : Un Saint-Émilion Cheval-Blanc. Lors de mon départ des Girondins, j’ai reçu en cadeau un magnum de ce grand cru et j’ai attendu au moins 20 ans pour l’ouvrir et en prendre plein les papilles. J’ajoute un second qui vient de ma région, il s’agit du Peyre Rose, un excellent Coteaux du Languedoc travaillé par une femme vigneron.


RENÉ GIRARD digest
né le 4 avril 1954 à Vauvert (30)
carrière joueur pro de 1972 à 1991 (milieu de terrain)
clubs : Nîmes Olympique de 1972 à 1980 et de 1988 à 1991 - Girondins de Bordeaux 1980 à 1988
7 sélections en Equipe de France (Coupe du Monde 1982 - 1 but)
palmarès joueur : triple champion de France 1984, 1985 et 1987 et vainqueur de la Coupe de France 1986 et 1987 avec les Girondins de Bordeaux
carrière entraîneur : Nîmes Olympique 1991-1992 et 1994, Pau 1996-1998, Strasbourg 1998, adjoint Roger Lemerre (vainqueur Euro 2002), sélectionneur -16, -19 et Espoirs de 2002 à 2008, Montpellier HSC 2009-2013 (champion de France 2012 et Trophée UNFP entraîneur de l’année 2012) - LOSC Lille depuis juillet 2013